« 100 ordis » : session de préparation du samedi 5 septembre au NICELAB

Cette année, sur l’impulsion de Jean-Noël, président du NICELAB, a été lancée une action de promotion de nos activités par la récupération, la configuration et la distribution de 100 ordinateurs réputés en fin de vie par l’administration.

Vocation de l'opération telle que décrite par Jean-Noël:

-L'intention de départ du Nicelab est de récolter 100 machines pour les distribuer gratuitement aux collectifs œuvrant pour la transition écologique, citoyenne et numérique, dont on peut voir quelques éléments ici: ST06 (non exhaustif, rajouter aussi les 100 collectifs du 06 qui sont intervenus ici AT06 ) et qui sont pour la plupart sans moyens.

-Ce don est associé à une formation le jour de la distribution, qui vise à dégafamiser les pratiques des collectifs du 06. Il suit plusieurs conférences sur la transition numérique dans le 06 depuis plusieurs années, afin que nous promouvions un changement de pratiques numériques en 06. Voir les diapos de mes confs sur le sujet : (transition numérique)

-Enfin, cette opération sera médiatisée le jour de l'installation et de la distribution aux collectifs, au bénéfice du Nicelab et de Linux Azur, afin de montrer plusieurs aspects d'un recyclage intelligent, de la transition numérique, écologique et citoyenne, des logiciels libres, de la préoccupation environnementale, politique et sociétale liée à la transition d'un ordinateur vers GNU/Linux.

Réaliser une installation massive dans un temps court nécessite des méthodes assez différentes de celles utilisées dans nos « install-party » habituelles.

Quelle distribution, avec quelle personnalisation?

Comme l’utilisateur final n’est pas forcément présent lors de la mise en configuration sous GNU/Linux, il faut s’entendre sur celle la mieux adaptée au plus grand nombre, qui servira de référence pour toutes les machines.
Après échanges sur nos listes, l’idée de faire une installation OEM a été retenue, car elle permet de personnaliser/finaliser la distribution (choix des options, des applications, des marque-pages, fond d’écrans, logo de démarrage, etc…) sans créer d’utilisateur par défaut. C’est lors du premier démarrage que le bénéficiaire crée ses identifiants.
Le choix actuel repose sur Xubuntu 20.04.1 LTS car il s’appuie sur l’environnement graphique XFCE, léger et classique, sur la communauté Ubuntu accessible à des débutants, et propose en natif le mode d’installation en OEM.

Sylvio s’est attelé à cette personnalisation et a montré la première maquette en séance samedi et en parallèle de nos activités de clonage.

Clonage de la distribution installée sur toutes les machines.

Les machines étant toutes identiques (A vérifier : il y aurait deux nuances du modèle), il est possible de répliquer l’installation finalisée sur toutes les machines par clonage des disques. D’une capacité de 500 Go, le clone classique parfait a vite été écarté pour choisir un clonage s’appuyant sur les seules données écrites.
Le principe est de connecter les machines par lot compatible de l’alimentation électrique par le biais d’un réseau local ethernet (= un switch), en utilisant le protocole de démarrage PXE. Une machine est configurée en serveur, et toutes les autres démarrent en mode client PXE.
Suite à quelques déboires avec la distribution DRLB pour initier le serveur DHCP, j’ai opté pour une plus basique distribution live CloneZilla après un essai concluant chez moi sur deux machines en mode raw data + Bit Torrent.
Ce samedi, nous avons créé une image sur la base d’une installation temporaire de Xubuntu 20.04.1 OEM, image qui pesait 2.6Go pour ~17Go de données détectées par Clonezilla.
Nous avons ensuite cloné cette image en mode multicast sur 4 machines en simultané. Après quelques minutes de configuration, le clonage s’est activé, visible par l’allumage des LED. D’abord le disque source, ensuite le réseau du serveur, puis les 4 LED réseau des 4 machines, enfin les 4 LED disque.
Magique, cela vit, et finalement sans grande complexité.

Au bout de 15 mn, les machines se sont éteintes comme attendu… sauf une!
Après investigation, la configuration du BIOS était différente des autres, dans les périphériques intégrés, l’option « Onboard LAN Option ROM » était désactivée.
Sur le site du constructeur, on peut lire que la première version du BIOS ne permettait pas de démarrer en mode PXE, et qu’il y a eu une mise à jour dédiée. C’est sans doute la raison du message au démarrage, que j’avais interprété comme une tentative de démarrage même après installation sur le disque interne…
Les 3 autres machines étaient parfaitement opérationnelles, ne démarraient plus sur le réseau même encore connectées au serveur PXE actif.
Après réactivation du mode PXE dans le BIOS de la 4ème, le clonage s’est relancé, mais sans doute en raison de la confusion liée à la remise en mode « sans système » des autres machines, il semble s’être figé (nous avions connecté un écran, une souris PS/2 et clavier USB débranchés pour être utilisés sur les autres), peut-être une erreur de débranchement de câble Ethernet… Il se faisait tard, nous avons simplement écrasé toutes les partitions crées par un « sudo fdisk /dev/sda »… pour repartir à zéro!

La suite…

Cette session a validé la méthode de clonage, ce sera donc possible de cloner l’ensemble des machines dans une journée, voire une demi-journée.
Par contre, il reste du boulot à faire en avance de phase :
– ouvrir tous les boîtiers et les nettoyer (retirer la poussière), retirer les étiquettes d’identification réseau et origine des machines, le logo M$ Window$,
– corriger le BIOS suite à ouverture des boîtiers… le plus simple étant de désactiver la sécurité d’ouverture…
– vérifier la configuration réseau pour garantir le boot en mode PXE.

Cela ne semble pas grand chose, mais vite chronophage quand il faut le faire sur 100 machines!

C’est donc un appel aux bonnes volontés, ainsi qu’un coup de main pour générer un script PXE pour modifier les 100 configurations de BIOS (BIOS ACER…).

2 réflexions au sujet de « « 100 ordis » : session de préparation du samedi 5 septembre au NICELAB »

    1. Salut Eric,
      concernant le nettoyage et la mise en configuration des BIOS, cela se passe forcément physiquement là où se trouvent les PC, c’est à dire dans les locaux de Nicelab, à Nice (voir sur leur site Nicelab.eu, pas Nicelab.org domaine récupéré lors d’une boulette du webmaster avec logo trompeur…).

      pour aider dans la génération de script UEFI, ben ça peut se faire à distance…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *